Chauffe-eau thermodynamique, électrique, gaz, piscine, solaire : que choisir ?

Choisir son chauffe-eau est parfois difficile. Demandez-vous d’abord ce que vous cherchez : un chauffe-eau pas cher ? un chauffe-eau économique ? un chauffe-eau compact ? Il existe de très nombreux modèles, faits pour à peu près tous les cas. Pour essayer de vous guider au mieux dans votre choix de chauffe-eau, voici un tableau sommaire afin de commencer à vous aiguiller.

 
PAS CHER À L’ACHAT
CONSOMME PEU D’ÉLECTRICITÉ
NE PREND PAS BEAUCOUP DE PLACE
ÉCOLOGIQUE
ESTHÉTIQUE
INCONVÉNIENTS
Cumulus standard
 
 
 
 
 
Chauffe-eau thermodynamique
 
 
 
 
Chauffe-eau solaire
 
 
 
Nécessite un appoint électrique
Chauffe-eau instantané électrique
 
 
 
 
Chauffe-eau gaz
 
 
 
 
 
Chauffe eau piscine
 
 
 
 
Ne fonctionne bien que l’été
Chauffe-eau plat
 
 
 
 
Poêle bouilleur
 
 
 
Nécessite de charger du bois et vider les cendres régulièrement
Chauffe-eau horizontal
 
 
 
 
Chauffe-eau compact
 
 
 
 
 

Que vous soyez écolo en optant pour un poêle bouilleur pour faire de l’eau chaude au bois ou que vous souhaitiez insérer discrètement un chauffe-eau instantané derrière votre meuble salle de bain ou évier, il y en a pour tous les goûts ! La gamme de prix offre d’ailleurs des solutions allant du petit budget aux produits haut de gamme, tout électronique.

Quelle énergie pour votre chauffe-eau ?

Énergie solaire

Aujourd’hui, nous avons à notre disposition une gamme de chauffe-eau pouvant répondre à bon nombre de situations. Vous n’avez pas d’électricité ? Il existe des chauffe-eau gaz sur bouteille. Vous avez des panneaux photovoltaïques produisant un excès d’énergie chaque été ? Raccordez votre cumulus à un appareil de gestion photovoltaïque. Vous n’avez pas de place pour loger un chauffe-eau vertical ? Pensez aux chauffe-eau instantané électriques ou aux chauffe-eau horizontal, pouvant se placer sur le mur, en hauteur. Mais chaque chauffe-eau consomme une énergie primaire ayant des avantages et des inconvénients, que chacun jugera différemment. Les voici.

L’électricité

Les chauffe-eau électrique, aussi appelés cumulus, sont les plus répandus dans nos habitations. Même s’ils sont peu à peu remplacés dans les maisons neuves par des modèles thermodynamiques, plus écologiques, ils leur restent encore des beaux jours devant eux. Peu cher à l’achat comparé à une production d’eau chaude à énergie renouvelable (gaz, solaire, thermodynamique), ils ne nécessitent pas de compétences particulières pour la mise en place (pas besoin d’attestation de manipulation de fluides frigorigènes, ni de gaz). Fixés généralement via 2 à 4 écrous sur un mur porteur, avec des entraxes souvent identiques, il n’y a pas de compétence particulière à avoir pour la pose, contrairement aux panneaux solaires qui nécessite d’être spécialisé dans la couverture afin de ne pas avoir des soucis d’étanchéité en toiture par la suite.

Flamme gaz combustion

Gaz naturel ou propane

Le gaz a ses avantages. Tout d’abord, en bouteille, le gaz peut alimenter un petit chauffe-eau instantané, pour une petite habitation sans électricité (la veilleuse s’allume mécaniquement, puis, à chaque fois que vous demandez de l’eau chaude en ouvrant le robinet, la flamme s’intensifie pour chauffer l’eau). L’inconvénient est que les bouteilles de gaz se vident vite et jamais complètement. Il vaut mieux opter pour un chauffe-eau gaz instantané, à micro-accumulation ou à accumulation, alimenté via le réseau gaz naturel si vous pouvez vous y raccorder, ou via une cuve de gaz propane, enterrée de préférence pour le côté esthétique (renseignez-vous, vous constaterez que certains fournisseurs proposent la cuve enterrée gratuitement, ce qui est non négligeable).

Solaire thermique

Le chauffe-eau solaire est certainement l’un des produits qui nous intéresse le plus… jusqu’à qu’on voit le prix une fois installé ! Il est séduisant par son côté très économique. Profiter des rayons du soleil est gratuit. Cependant, les chauffe-eau solaires nécessitent parfois un circulateur électrique pour faire circuler l’eau. Mais surtout, ils nécessitent une résistance électrique d’appoint pour chauffer l’eau tout l’hiver. Le coût reste sans doute le plus grand frein pour le déploiement des panneaux solaires thermiques.

Solaire photovoltaïque

Une nouveauté que l’on voit de plus en plus intégrer nos toitures : les panneaux solaires photovoltaïques. Au lieu de réchauffer de l’eau ou un fluide caloporteur, ces panneaux ne font que produire de l’électricité. Mais, des sociétés ont su développer des petits boîtiers électroniques afin de prioriser l’alimentation de votre cumulus lors des journées ensoleillées. Mais encore une fois, le problème reste souvent l’étanchéité des panneaux mis en toiture, souvent source à problèmes et à sinistres (dégâts des eaux).

Bois bûche

Bois bûche ou pellets (granulés de bois)

Les poêles bouilleurs permettent de chauffer de l’eau tout simplement à l’aide de bûches ou granulés de bois. Un serpentin remplit d’eau autour du foyer permet de récupérer des calories lors de la combustion du bois. Économique, écologique, les passionnés d’éco-consommation seront ravis. Toutefois, le bois a ses contraintes : il faut régulièrement vider le cendrier et l’apport en bois nécessite de la manutention.

Quelle taille de chauffe-eau prendre ? 100, 200, 300 litres ?

Chauffe-eau à réserve d’eau (cumulus, ballon thermodynamique, ballon solaire)

De base, de manière empirique, il faut compter une consommation d’eau approximative de : 50 litres / personne / jour.

Ainsi, si votre foyer contient 4 personnes (par exemple les parents et 2 enfants), il faudrait prendre un chauffe-eau à réserve d’eau de : 50 x 4 = 200 litres. Dans la pratique, tout dépend bien-sûr de vos habitudes de consommation. Si vous passez de longues heures sous la douche, mieux vaut prendre la « taille au dessus » !

Chauffe-eau instantané

Concernant les chauffe-eau instantanés, le nombre de personne utilisant l’eau chaude n’est plus ce qui prévaut. Ici, c’est le nombre de robinets d’eau chaude pouvant être ouverts simultanément qui importe. Chaque fabricant stipule un nombre de « litres/minutes maximal » pour garantir de l’eau chaude. Par exemple, certaines chaudières gaz murales assurent une production d’eau chaude allant jusqu’à 40 litres par minute. Mais comment savoir si c’est suffisant pour chez soi ? Et bien, il suffit d’additionner les débits maximum des robinets d’eau chaude pouvant être ouverts simultanément et comparer avec cette capacité de production d’eau chaude. Un exemple pour illustrer :

Si vous avez : 1 robinet évier de 12 litres/minute, 1 robinet lavabo 8 litres/minute et une douche de 12 litres/minute, le débit nécessaire pour assurer de l’eau chaude dans ces 3 robinets est de : 12 + 8 + 12, soit 32 litres/minute.

Si votre chaudière garantit de l’eau chaude jusqu’à 40 litres/minutes et que vous ne pouvez puiser au maximum que 32 litres/minutes avec tous vos robinets ouverts, c’est bon ! Sinon, il faudra soit prendre une chaudière ayant un débit supérieur ou adapter vos habitudes de consommation (limiter le débit aux robinets, ou bien ne pas ouvrir tous les robinets en même temps, par exemple).

Les accessoires chauffe-eau, organes de sécurité

Les chauffe-eau sont équipés d’accessoires indispensables au bon fonctionnement d’une production d’eau chaude. Qu’ils soient intégrés, comme dans la plupart des chaudières, ou à greffer sur les chauffe-eau comme pour les cumulus, ces organes additionnels sont systématiquement présents, sous une forme ou une autre.

Groupe de sécurité cumulus

Groupe de sécurité

Vous le saviez, ou vous ne le saviez pas, mais quand on chauffe de l’eau, l’eau prend plus de place, c’est à dire que son volume augmente. Comme le volume d’un réservoir d’eau chaude est fixe, c’est la pression d’eau qui monte quand on chauffe une réserve d’eau, et non le volume. Or, faisant passer de l’eau de température ambiante à bouillante, la pression augmente trop fortement. Il est donc indispensable de réguler tout excès de pression d’eau afin de ne pas faire exploser les canalisations. C’est le rôle du groupe de sécurité. Généralement réglé à 7 bars, les groupes de sécurité permettent de laisser s’échapper un peu d’eau chaque fois que la pression dépasse 7 bars, via un siphon adapté. A noter que dans certaines installations, le groupe de sécurité est complété par un vase d’expansion. Dans ce cas, c’est le vase qui absorbe l’essentiel de l’excès de volume dû à l’augmentation de température.

Raccord diélectrique cumulus

Raccords diélectriques

Un phénomène se produit lorsqu’on produit de l’eau chaude. Il s’agit d’une corrosion due à une électrolyse : certains matériaux « faibles » laissent s’échapper de leur matière, qui s’agrège sur d’autres matières, « plus fortes ». C’est ainsi que les cuves d’eau se percent parce que leur corps se désagrègent. Le raccord diélectrique permet d’isoler physiquement le réservoir d’eau des canalisations, limitant ainsi les risques de corrosion par électrolyse. A noter que les raccords diélectriques se montent sur la sortie d’eau chaude, mais qu’il est fréquent d’en voir aussi sur le côté eau froide, en supplément. Ils sont généralement fournis lors de l’achat d’un cumulus, soit à l’unité, soit par paire. Si ce n’est pas le cas, ou si les raccords diélectriques fournis sont en « plastique », achetez en de bonne qualité (environ 15 € la paire).

Limiteur de température

Limiteur de température (ou mitigeur thermostatique)

La majeure partie des chauffe-eau produisent de l’eau à plus de 60 °C. Pour éviter tout risque de brûlure et tout éclatement de canalisation fragiles en haute température, la mise en place d’un limiteur de température permet de limiter la température d’eau arrivant à vos robinets d’eau chaude, à une température définie sur le limiteur (de base : 50 °C, conformément à l’arrêté du 30 novembre 2005 relatif à l’eau chaude sanitaire qui s’applique depuis le 15 décembre 2006). Cet accessoire chauffe-eau obligatoire, indispensable dans bien des situations, est souvent manquant dans les installations.

Une molette permet d’ajuster la température de sortie eau chaude, mais encore une fois, je vous recommande de la laisser à 50 °C. A noter que ceux qui préféreraient baisser la température de thermostat sous le ballon d’eau chaude, je vous le déconseille car l’eau doit être chauffée suffisamment pour éviter tout risque de maladie type légionellose (bactérie se développant en eaux tièdes et stagnantes).

Les différents types de résistance chauffe-eau (thermoplongeur) et de système anti-corrosion

Si vous souhaitez acheter un chauffe-eau, vous entendrez souvent parler de « chauffe-eau blindé », de « résistance stéatite », d’anode magnésium, anode titane et d’ACI. Késako ?

Chauffe-eau blindé

C’est le produit de base, le « moins sophistiqué ». Ici, la résistance électrique est au contact direct de l’eau et du calcaire se forme relativement vite. Un détartrage environ tous les 2 ans est à prévoir, si vous souhaitez garder de bonnes performances. Si vous ne le faites pas, la résistance mettra de plus en plus de temps pour chauffer l’eau à cause du calcaire qui s’est immiscé entre la résistance et l’eau, et ce calcaire provoquera à terme la destruction de la résistance qui ne pourra dissiper correctement sa chaleur dans l’eau. Le chauffe-eau blindé convient aux petits budgets et aux eaux peu calcaires ou installations équipées d’adoucisseur d’eau.

Chauffe eau stéatite

Le chauffe-eau stéatite, ou plutôt chauffe-eau à résistance stéatite, est moins sensible au tartre. En effet, la résistance électrique est cette fois-ci logée dans un fourreau (étui en acier émaillé) et n’est donc pas en contact direct avec l’eau. Du coup, ce chauffe-eau est moins sensible aux eaux calcaires, contrairement au chauffe-eau blindé. Le prix est un peu plus élevé à l’achat, mais vous y gagnerez sur le long terme (pas de surconsommation dû au calcaire s’agglomérant sur la résistance chauffe-eau).

Anode magnésium, anode titane, anode hybride

Anode sacrificielle

Les anodes ont pour but de protéger les chauffe-eau et canalisations, en se rongeant en premier, avant les autres matériaux. Ces anodes se changent une fois que leur usure dépasse 75% environ de leur matière. L’anode magnésium, plus particulièrement, protège les parois des cuves et bouchant les trous. On l’appelle aussi : « anode sacrificielle ». Ensuite, vous trouverez des anodes en titane, bien plus résistantes, quasi inusable et ne nécessitant presque plus d’entretien. On appellera anode hybride les anodes en titane enrobées de magnésium.

Chauffe-eau ACI

Le top du top ! Le chauffe-eau ACI ! Ce chauffe-eau, se distingue des autres par son anode dynamique. En effet, les ACI intègrent des anodes hybrides (titane enrobé de magnésium) pilotées électroniquement afin de propulser du magnésium sur les parois de la cuve, afin de former une barrière anti-corrosion. De plus, le système ACI va protéger le chauffe-eau de façon permanente grâce à un courant électrique continu. La durée de vie des chauffe-eau ACI s’en trouve considérablement allongée, jusqu’à 2 fois plus longtemps selon certains fabricants. Bien sûr, ces chauffe-eau sont bien plus chers que les chauffe-eau à simple anode « statique ».

Les différents formats et types de chauffe-eau

Que vous souhaitiez un chauffe-eau compact, un chauffe eau horizontal, un chauffeau mural, il y en a pour tous les goûts ! Vous ne les connaissez peu-être pas, mais ils répondront peut-être à vos besoins particuliers.

Chauffe-eau vertical

Le plus répandu reste sans conteste le chauffe-eau vertical, mural ou au sol. Efficace pour chauffer l’eau d’un cumulus par stratification (dégradé de température d’eau entre l’eau froide du bas et l’eau chaude du haut, sans mélange), ce type de chauffe-eau est le plus vendu, donc les cumulus les moins chers. Vous trouverez des modèles pouvant être fixés au mur (jusqu’à 200 litres d’eau) et systématiquement au sol à partir d’un volume de 300 litres (trop lourd pour des fixations murales et certains murs).

Chauffe-eau horizontal

Bien souvent, nous manquons de place au sol dans nos maisons. Par contre, nous avons plus de place en hauteur, surtout juste sous les plafonds. Pour répondre à ce besoin, les fabricants ont conçu un modèle de chauffe-eau horizontal. Prenant moins de place que le chauffe-eau vertical, il se loge facilement en hauteur, classiquement à proximité du plafond. Les inconvénients sont la capacité du chauffe-eau, souvent limitée à 200 litres compte tenu du poids, et une chauffe d’eau moins performante que les chauffe-eau verticaux qui eux permettent une bien meilleure stratification de l’eau (on évite le mélange eau chaude/eau froide grâce à la hauteur de cuve). Comme la hauteur d’une cuve « couchée » (horizontal) est plus petite qu’une cuve « debout » (vertical), le chauffe-eau horizontal souffre de son manque de hauteur pour assurer le gradient de température.

Chauffe-eau petite capacité

Il peut parfois être judicieux de mettre en place un chauffe-eau de petite capacité (15, 20, 30 litres…) à proximité d’un robinet d’eau chaude, si votre ballon, cumulus, ou tout autre type de chauffe-eau principal est éloigné de ce robinet. Au lieu d’attendre plusieurs dizaines de secondes à minutes pour que l’eau chaude arrive, vous ferez des économies d’eau substantielles, en l’absence de bouclage sanitaire (système de circulation faible d’eau chaude aux points de puisage éloignés). Ces chauffe-eau sont malheureusement parfois aussi cher que les chauffe-eau grande capacité, mais se logent discrètement dans un placard !

Chauffe-eau compact

Une variété de chauffe-eau plat et chauffe eau rectangulaire ont fait leur apparition. Leur avantage est d’être compact, esthétique et efficace. Moins courant que les autres chauffe-eau, ils restent plus onéreux à l’achat. Toutefois, ils peuvent astucieusement se loger dans un placard et ainsi ne rien enlever aux charmes d’une pièces où il serait logé.

Achat chauffe-eau : quel budget prévoir ?

Tout d’abord, les petits modèles ne sont pas forcément les moins chers. Il est courant de trouver en magasin des chauffe-eau 50 litres bien plus chers que des chauffe eau 200 litres. Ceci est dû au fait que les modèles 200 litres sont les plus répandus. Etant plus souvent installé, leur prix est plus compétitifs. Les modèles « exotiques » ou moins courant sont donc plus cher du fait qu’ils sont beaucoup moins vendus.

Chauffe-eau pas cher

Un chauffe-eau pas cher est soit un chauffe-eau très courant, comme le modèle 200 litres, soit un chauffe-eau tout simple, comme les modèles de chauffe eau électrique instantané se logeant derrière les meubles salle de bain ou évier cuisine. Le standard étant de couleur blanc pour ces éléments sanitaires la plupart du temps. Astuce : vous trouverez sur internet des modèles neufs ayant quelques rayures ou bosses, à prix cassé, pour ceux que ça intéresse et qui n’ont qu’un petit budget pour leur chauffe-eau. Enfin, la pose peut être réalisée soit même pour les plus courageux ou bricoleurs. A noter qu’il faut être 2 personnes pour ne pas risquer de se blesser et assurer la stabilité du chauffe-eau au moment de sa mise en place. Les entraxes de fixations respectant le plus souvent les standards (44 cm entre les trous horizontaux, 80 cm entre les trous verticaux), il n’y a rien d’insurmontable. Toutefois, n’oubliez surtout pas de laisser de la place pour insérer les organes de sécurité chauffe-eau et pouvoir assurer la maintenance de ce dernier. Si vous êtes motivé, voici une excellente vidéo faite par Leroy Merlin illustrant la pose d’un ballon d’eau chaude électrique :

Chauffe-eau gaz instantané, micro accumulé et accumulé

Ici, les prix varient beaucoup suivant les modèles de chaudière, le débit d’eau chaude nécessaire dans votre habitation, de la complexité de la pose et de l’acheminement du gaz au chauffe-eau. Certaines personnes auront le gaz de ville à proximité, d’autres devront faire poser une cuve extérieure. Certains se satisferont d’eau chaude instantané tandis que d’autres préféreront la régularité de l’eau chaude accumulée (pas de variation de température d’eau, principal inconvénient de l’eau chaude instantané). Difficile de donner un prix, je vous recommande donc de rechercher des artisans plombier/chauffagiste à proximité afin de mieux vous accompagner.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !